mardi, 13 septembre 2016 09:49

Le destin de Matthieu Hébert

Écrit par Emilie Bouchard Labonté
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Matthieu Hébert Matthieu Hébert Photo Heather Maclaren, Défi sportif Altergo

Rio de Janeiro, 13 septembre 2016 (Sportcom) – Dans une autre vie, Matthieu Hébert faisait de l’escrime debout. Une mauvaise blessure à la jambe gauche qui s’aggrave et qui n’a pu être guérie l’a cependant conduit vers un autre destin.

Devenu adulte, maintenant père de trois enfants et chercheur en compréhension du langage nature pour un laboratoire à Montréal, le Québécois a fait remplacer une partie de son bassin et de son fémur gauche il y a quatre ans. Enfin, la douleur s’estompe et il a pu recommencer le sport! Ça tombait bien puisqu’en lisant le journal lors de sa convalescence, il apprend qu’un club d’escrime ouvre ses portes tout près de chez lui, à Valleyfield.

Sa rencontre, un an plus tard, avec l’entraîneur Iulian Badea sera déterminante. Constatant les limitations d’Hébert, il lui propose d’essayer l’escrime en fauteuil roulant. « Je ne savais même pas que ça existait! Et je m’en suis voulu… Si je l’avais su avant, j’aurais pu continuer de faire du sport. »

Il n’était toutefois pas trop tard. Mardi, il était en piste aux Jeux paralympiques de Rio.

Une 10e place satisfaisante

À l’œuvre dans la catégorie A à l’épée, celui qui réside désormais à Beauharnois s’est arrêté après la ronde préliminaire. Sa fiche d’une victoire et quatre défaites n’a pas été suffisante pour accéder aux quarts de finale et il a conclu la compétition au 10e échelon.

« Je suis tout à fait content de mon tournoi », a affirmé l’athlète de 48 ans, médaillé de bronze lors des derniers Championnats des Amériques.

Hébert est passé bien près de remporter son premier face à face de la journée contre l’Italien Matteo Betti, 10e au monde. Le Québécois, 23e, menait 4-2 quand il a vu son adversaire combler l’écart puis l’emporter 5-4. « Il a mieux contrôlé mon fer que moi je l’ai contrôlé. Je crois que j’ai été quand même patient dans les trois dernières touches », a mentionné celui qui a ensuite perdu 5-1 face à l’Irakien Zainulabdeen Al-Madhkhoori, 5-1 contre le Français Romain Noble et 5-2 vis-à-vis du Chinois Sun Gang.

L’escrimeur était visiblement satisfait d’avoir réussi deux touches sur le Chinois, classé au deuxième rang mondial. « Quand j’ai dit ça au Français (Noble), il n’en revenait pas ! Lui, il a perdu 5-0 contre lui! »

Pour son dernier combat, Hébert a signé sa seule victoire des poules quand il a vaincu le Brésilien Fabio Luiz Damasceno, 21e sur l’échiquier mondial, 5-1.

« J’ai pas mal tout accompli. Je voulais améliorer mon classement, avoir au moins une touche contre tous mes adversaires et gagner au moins un match. C’est réussi! J’aurais aussi voulu finir dans le top-8, mais je savais que ça allait être difficile. »

Hébert a appris officiellement qu’il ferait ses débuts paralympiques au Brésil, il y a à peine deux semaines, obtenant son billet pour Rio en raison de l’exclusion de l’équipe russe. « Quand ils ont parlé que les Russes seraient exclus des Jeux, ça s’est mis à trotter dans ma tête. Je savais que ça pouvait être possible. Lorsque j’ai reçu le courriel annonçant que c’était moi qui obtenait la place, ç’a été Noël à la maison! »

Et il veut définitivement remettre ça à Tokyo, en 2020. « Je ne suis pas prêt d’arrêter. »

 

Publié le 13 septembre 2016 par Emilie Bouchard Labonté

Lu 523 fois
Plus dans cette catégorie : « L’incroyable destin de Pierre Mainville
Connectez-vous pour commenter