mardi, 13 septembre 2016 09:49

Le destin de Matthieu Hébert

Écrit par

Rio de Janeiro, 13 septembre 2016 (Sportcom) – Dans une autre vie, Matthieu Hébert faisait de l’escrime debout. Une mauvaise blessure à la jambe gauche qui s’aggrave et qui n’a pu être guérie l’a cependant conduit vers un autre destin.

Devenu adulte, maintenant père de trois enfants et chercheur en compréhension du langage nature pour un laboratoire à Montréal, le Québécois a fait remplacer une partie de son bassin et de son fémur gauche il y a quatre ans. Enfin, la douleur s’estompe et il a pu recommencer le sport! Ça tombait bien puisqu’en lisant le journal lors de sa convalescence, il apprend qu’un club d’escrime ouvre ses portes tout près de chez lui, à Valleyfield.

Sa rencontre, un an plus tard, avec l’entraîneur Iulian Badea sera déterminante. Constatant les limitations d’Hébert, il lui propose d’essayer l’escrime en fauteuil roulant. « Je ne savais même pas que ça existait! Et je m’en suis voulu… Si je l’avais su avant, j’aurais pu continuer de faire du sport. »

Il n’était toutefois pas trop tard. Mardi, il était en piste aux Jeux paralympiques de Rio.

Une 10e place satisfaisante

À l’œuvre dans la catégorie A à l’épée, celui qui réside désormais à Beauharnois s’est arrêté après la ronde préliminaire. Sa fiche d’une victoire et quatre défaites n’a pas été suffisante pour accéder aux quarts de finale et il a conclu la compétition au 10e échelon.

« Je suis tout à fait content de mon tournoi », a affirmé l’athlète de 48 ans, médaillé de bronze lors des derniers Championnats des Amériques.

Hébert est passé bien près de remporter son premier face à face de la journée contre l’Italien Matteo Betti, 10e au monde. Le Québécois, 23e, menait 4-2 quand il a vu son adversaire combler l’écart puis l’emporter 5-4. « Il a mieux contrôlé mon fer que moi je l’ai contrôlé. Je crois que j’ai été quand même patient dans les trois dernières touches », a mentionné celui qui a ensuite perdu 5-1 face à l’Irakien Zainulabdeen Al-Madhkhoori, 5-1 contre le Français Romain Noble et 5-2 vis-à-vis du Chinois Sun Gang.

L’escrimeur était visiblement satisfait d’avoir réussi deux touches sur le Chinois, classé au deuxième rang mondial. « Quand j’ai dit ça au Français (Noble), il n’en revenait pas ! Lui, il a perdu 5-0 contre lui! »

Pour son dernier combat, Hébert a signé sa seule victoire des poules quand il a vaincu le Brésilien Fabio Luiz Damasceno, 21e sur l’échiquier mondial, 5-1.

« J’ai pas mal tout accompli. Je voulais améliorer mon classement, avoir au moins une touche contre tous mes adversaires et gagner au moins un match. C’est réussi! J’aurais aussi voulu finir dans le top-8, mais je savais que ça allait être difficile. »

Hébert a appris officiellement qu’il ferait ses débuts paralympiques au Brésil, il y a à peine deux semaines, obtenant son billet pour Rio en raison de l’exclusion de l’équipe russe. « Quand ils ont parlé que les Russes seraient exclus des Jeux, ça s’est mis à trotter dans ma tête. Je savais que ça pouvait être possible. Lorsque j’ai reçu le courriel annonçant que c’était moi qui obtenait la place, ç’a été Noël à la maison! »

Et il veut définitivement remettre ça à Tokyo, en 2020. « Je ne suis pas prêt d’arrêter. »

 

Publié le 13 septembre 2016 par Emilie Bouchard Labonté

mardi, 06 septembre 2016 19:30

L’incroyable destin de Pierre Mainville

Écrit par

Quand on a frôlé la mort et vécu l’horreur dans sa pire expression, la gloire et les médailles olympiques demeurent accessoires.

Mais le drame n’enlève rien à la fibre compétitrice de l’escrimeur en fauteuil roulant Pierre Mainville, et à son désir de se surpasser.

À ses troisièmes Jeux paralympiques, présentés à compter du 7 septembre à Rio, Mainville, 43 ans, espère remporter une première médaille en carrière.

« Mon objectif à Londres [en 2012] était aussi de gagner la médaille d’or, même si j’ai terminé septième », lance-t-il.

«Tu ne vas jamais aux Jeux olympiques ou paralympiques avec l’idée de ne pas aller jusqu’au bout. »

— Pierre Mainville, escrimeur

Pierre Mainville, de Saint-Colomban, dans les Basses-Laurentides, aborde les Jeux avec confiance, auréolé par son titre de champion des Amériques au sabre, obtenu en mai à São Paulo.

« J’étais très confiant, je n’avais pas vraiment peur de mes adversaires. Il y a seulement deux ou trois rivaux de taille en Amérique et je suis pas mal l’homme à battre, mais ça se complique contre les Européens et les Chinois. Ma septième place à Londres a plus de poids que la médaille d’or au Brésil. »

Pierre Mainville savoure encore chaque moment de sa vie d’athlète paralympique.

« Quand tu frôles la mort comme je l’ai frôlée dans cette fusillade et que tu as “juste” perdu l’usage de tes jambes alors que tu pensais y passer, tu t’accroches à la vie. Moi qui ai toujours tellement eu peur de mourir. Je suis juste tellement content d’être encore en vie ! »

POINT DE BASCULE

Le destin de Pierre Mainville change complètement le 23 juin 2001. Il a alors 27 ans. Notre homme se rend chez son cousin, à Laval, avant de se rendre célébrer la Saint-Jean dans un bar de Montréal. Chez ce cousin se trouvent des connaissances de celui-ci, dont Lucie Gélinas. La jeune femme est agitée.

« Elle ne voulait pas rester seule parce qu’elle avait reçu des menaces de mort de son ex-conjoint, un policier de la GRC et garde du corps de Jean Chrétien, et elle nous a proposé d’agir comme conductrice désignée pour la soirée. Quelle mauvaise décision… »

La suite a fait les manchettes. Le groupe se retrouve sur l’autoroute 13 en direction de Montréal lorsqu’une auto conduite par Jocelyn Hotte, séparé de Lucie Gélinas depuis quelques semaines, se présente à leur hauteur. Il tirera une quinzaine de fois sur eux lors d’une course folle de 13 km.

« Je suis resté conscient pendant toute la durée de la fusillade. J’étais au téléphone avec le 911. Quand j’ai été atteint, je suis tombé sur le dos sous l’impact et j’ai perdu le souffle. Je pensais avoir été atteint au cœur. »

— Pierre Mainville

« Mais c’est l’impact de la balle qui a provoqué le choc. J’ai réussi à me rasseoir. Quand les ambulanciers sont venus vers moi, je leur ai dit que j’étais incapable de bouger mes jambes. Mais je n’ai jamais cliqué à cet instant précis que je ne marcherais plus jamais… »

La Ville de Laval été contrainte d’indemniser les victimes à hauteur de 1,5 million de dollars 10 ans plus tard parce que la police avait omis de prendre les menaces de Jocelyn Hotte au sérieux.

Condamné à la prison à vie, Hotte est mort en prison d’un cancer du pancréas en 2014.

UN HEUREUX HASARD

Notre athlète paralympique était prêt pour ce qui l’attendait. « La situation est tellement ironique, mais depuis 10 ans, l’un de mes meilleurs amis était devenu paraplégique après un accident de trois roues et je pratiquais régulièrement des sports en fauteuil roulant avec lui. Steve était capable d’avoir une vie remplie, j’ai fait plein de voyages et d’affaires avec lui. Je ne voyais même plus son fauteuil roulant. »

L’escrime est arrivée par hasard.

« J’ai essayé plusieurs sports, dont le basket en fauteuil roulant. Puis un jour, j’ai croisé une fille au gym qui m’a suggéré d’essayer l’escrime en fauteuil roulant. Ça m’avait toujours attiré. J’ai commencé par une fois semaine, et le rythme a vite monté. »

— Pierre Mainville

La stratégie pour gagner en escrime en fauteuil roulant ? « Même chose qu’en escrime normale, dit-il. Il faut être intelligent, rapide. Habituellement, les jambes sont importantes en escrime debout, il faut pousser pour aller chercher une attaque, tandis que l’escrime en fauteuil roulant, on est assis et le fauteuil roulant est cloué au sol.

« Le déplacement se fait avec le haut du corps, ça ressemble à l’escrime, mais généralement, les jambes ne compteront pas. »

La phrase qui le dérange le plus ? « Je sais que c’est fait dans les meilleures intentions, mais c’est quand on nous demande de ramener une médaille. Ils ne savent pas toute la pression que ça met sur une personne. Tu ne veux jamais décevoir personne. Je le prends avec un petit sourire… »

PIERRE MAINVILLE

ESCRIME

43 ANS

NÉ À SAINT-JÉRÔME

TROISIÈME PARTICIPATION AUX JEUX PARALYMPIQUES (7e À LONDRES)

lundi, 01 février 2016 11:38

Entre la passion et la folie...

Écrit par

La carrière de l’escrimeur Maxime Brinck-Croteau n’allait nulle part. Jusqu’à ce qu’il s’expatrie seul en Chine pour quatre ans, afin d’y jouer son va-tout. Aujourd’hui vice-champion panaméricain, il est en bonne voie de se qualifier pour les Jeux olympiques de Rio.

Maxime Brinck-Croteau avait toutes les bonnes raisons d’abandonner l’escrime. À 25 ans, sa carrière ne décollait pas. Ancien espoir junior, il ne parvenait pas à percer le programme haute performance de l’équipe canadienne sénior. Miné par le doute, il ne voyait pas comment s’en sortir.

« Pour moi, la marche a été énorme entre les catégories cadet/junior et sénior, raconte-t-il. J’ai eu des problèmes techniques, physiques et psychologiques. J’étais toujours en mode contre-performance. À l’entraînement, je battais tout le monde. Quand j’arrivais en compétition, je perdais. »

À la même période, il a décroché un baccalauréat en génie informatique à l’Université du Québec en Outaouais. La société de télécommunication où il a fait son stage venait de l’embaucher comme consultant à temps plein.

Mais l’escrime, qu’il pratiquait depuis l’âge de 10 ans au club Masque de fer de Gatineau, lui tenait trop à cœur. Une offre inattendue a tout changé : partir s’entraîner en Chine. Brinck-Croteau a sauté à pieds joints dans le projet.

Cinq ans plus tard, dans un hôtel de Toronto, l’épéiste de 29 ans prend la mesure de son coup de dés en racontant son aventure à des médias venus rencontrer quelques-uns des espoirs canadiens pour les prochains Jeux olympiques de Rio de Janeiro.

« Il n’y a pas grand monde assez passionné ou stupide pour tout abandonner, déménager à l’autre bout du monde et go ! go ! je suis capable, lance-t-il. La ligne est vraiment mince entre la passion et la folie... »

***

Brinck-Croteau se souvient très bien de son « audition » au club Vango de Pékin, où il est débarqué à la fin de 2010. Un collègue torontois l’avait mis en contact avec le propriétaire, un Canadien d’origine chinoise tombé amoureux de l’escrime lors des JO de 2008. Mi-homme d’affaires, mi-mécène, ce dernier recherchait des escrimeurs blancs pour donner un vernis de prestige à son club et ainsi attirer de nouveaux membres.

« Pour les parents en Chine, un entraîneur blanc est beaucoup plus exotique qu’un champion du monde chinois. »

— Maxime Brinck-Croteau

Après avoir échangé quelques mots avec celui qu’il appelle simplement M. Vango, celui-ci lui a proposé de tirer avec des entraîneurs de la place. Encore épuisé par le long vol, Brinck-Croteau en a pris pour son rhume contre l’un d’entre eux, persuadé qu’on le renverrait dans son pays sur-le-champ. Il a su après qu’il se mesurait à un ex-champion mondial... « Ils m’ont dit : si tu es ici pour quatre ans, il y a moyen de faire quelque chose avec toi. »

Xiao Jian, directeur technique de Vango et entraîneur-chef de l’épée masculine chinoise, a pris le Québécois sous son aile. Au fil des mois, les deux ont développé une langue de communication, un mélange de mandarin et d’anglais rudimentaires incompréhensible pour le non-initié.

Brinck-Croteau a pu s’entraîner à temps plein avec quantité de tireurs d’une rare qualité technique et physique. Le club Vango de Pékin compte plus de 10 000 membres.

« En Chine, le niveau est tellement fort. Ce sont des athlètes professionnels. Ils font ça depuis qu’ils ont 10 ou 15 ans. Ils s’entraînent 40 heures par semaine, toujours, depuis tout le temps. Ils n’ont rien d’autre. Pour eux, ce n’est pas une passion. C’est une job, clock in, clock out, tu fais ton quart et tu t’en vas chez vous. »

Vango a pris de l’expansion et ouvert des gymnases dans une demi-douzaine de villes. Pendant quatre ans, Brinck-Croteau a suivi Xiao Jian à Foshan, Guangzhou et Shenzhen, où il donnait aussi des leçons aux jeunes. Durant les six derniers mois de son séjour, il a accompagné l’équipe d’épée chinoise sur le circuit de la Coupe du monde comme homme à tout faire.

Il vivait et mangeait de l’escrime. « J’ai eu des doutes comme tout le monde, mais je m’étais engagé auprès du patron et de l’entraîneur et j’ai tenu parole, peu importe les difficultés. »

***

Brinck-Croteau est rentré au Canada à l’été 2014. Il s’est installé à Markham, en banlieue de Toronto, où Vango a ouvert son premier club à l’extérieur de la Chine. Il s’y entraîne et y travaille. Xiao Jian vient tout juste de le rejoindre avec sa famille, après un long processus d’immigration.

Transformé par son expérience asiatique, l’escrimeur québécois n’est plus le même en compétition. En plus de son bagage technique et physique acquis à l’étranger, il a conservé le goût du jeu propre aux tireurs canadiens, souligne-t-il.

En mars 2015, il a décroché son meilleur résultat en Coupe du monde, atteignant le tableau des 64 à Budapest. Il s’est qualifié pour les championnats panaméricains, qui se déroulaient un mois plus tard au Chili. Il y a connu le tournoi de sa vie, causant une surprise énorme en se rendant à la finale, où il s’est incliné devant le champion olympique, le Vénézuélien Rubén Limardo.

Ce jour-là, Maxime Brinck-Croteau a frappé le gros lot dans la course pour les JO. Les points amassés lui permettent aujourd’hui d’occuper le 40e rang mondial – il était 736e en 2013-2014 ! – et surtout le deuxième rang continental.

À moins de prestations spectaculaires de deux ou trois rivaux directs lors des deux dernières compétitions comptant pour la sélection, il se qualifiera pour Rio. « J’ai toujours su que j’avais le potentiel. Il fallait juste tout donner et voir où ça allait me mener. » Et ne jamais abandonner.

Reconstruction

Déjà mal en point, la Fédération canadienne d’escrime a perdu tout son financement d’À nous le podium après les Jeux olympiques de Londres. Un trou de 2 272 700 $ pour le cycle de quatre ans. Dans les circonstances, la nouvelle direction visait la qualification de cinq athlètes pour Rio 2016, soit le même nombre qu’il y a quatre ans. Or, si le processus se terminait aujourd’hui, huit escrimeurs canadiens obtiendraient leur laissez-passer, avec une neuvième qui cogne à la porte. « C’est assez positif, mais on affiche un optimisme prudent », indique la directrice générale Caroline Sharp, ancienne de Volleyball Canada et du Comité olympique canadien. La taille de l’équipe canadienne d’escrime à Rio dépendra beaucoup de la qualification de l’équipe de fleuret masculin, qui détient une mince priorité sur le Brésil. Maximilien Van Haaster est pratiquement certain de sa sélection sur le plan individuel, mais Anthony Prymack, l’olympien Étienne Lalonde Turbide et Eli Schenko pourraient l’accompagner. Leonora MacKinnon (épée féminine), qui vient de battre la première mondiale, Eleonora Harvey (fleuret féminin), septième à la dernière Coupe du monde, et le sabreur montréalais Joseph Polossifakis sont bien positionnés. Gabriella Page, jeune sabreuse de Blainville, est aussi dans la course. « On a eu de bons résultats de jeunes athlètes qui étaient juniors quand j’ai commencé, souligne Caroline Sharp. Il y en a d’autres très bons derrière pour les Jeux de 2020 et 2024, en particulier à l’épée et au fleuret féminins. »

— Simon Drouin, La Presse

10 juillet – Sur la plus grande scène olympique du pays depuis les Jeux de Vancouver 2010, les escrimeurs du Québec, d’un bout à l’autre de la province, ont présenté une démonstration éblouissante pour les dizaines de milliers de spectateurs et de dignitaires qui ont assisté jeudi aux célébrations de la Journée Excellence Olympique.

L’événement, qui a duré toute une journée, a été marqué par de nombreuses visites spéciales, notamment celle du président du Comité international olympique, Thomas Bach. Ce dernier, qui avait fait partie de l’équipe allemande médaillée l’or au fleuret aux Jeux olympiques de 1976 à Montréal, a été l’invité d’honneur de la journée. Il s’est notamment rendu au CEPSUM, à l’Université de Montréal, où il revisité le lieu qui l’a vu atteindre la gloire olympique en 1976.

Dans le stade se trouvait un podium, au-dessus duquel flottait directement un drapeau allemand à la place réservée aux drapeaux des médaillés d’or, tandis que deux escrimeurs juniors reconstituaient son plus fameux match.

Plus tard, M. Bach a reçu un doctorat honoris causa de l’université, où des jeunes escrimeurs ont pris part aux festivités de la journée en créant un arc avec leur arme et sous lequel M. Bach est passé avant la cérémonie.

En dernier lieu, tous les yeux se sont tournés à l’angle de René-Levesque et de Beaver Hall au centre-ville de Montréal, où des milliers de personnes ont convergé pour assister aux démonstrations et essayer différentes disciplines olympiques, y compris le trampoline, la gymnastique, le volleyball de plage, le hockey et l’escrime. La démonstration d’escrime, dont l’animation a été assurée par l’ancien olympien et champion panaméricain, Philippe Beaudry, a eu beaucoup de succès tant auprès des enfants et qu’auprès des parents, et plusieurs ont essayé le sport à l’aide de cibles spéciales en plus d’assister à une démonstration spectaculaire de relais par équipe par certains des meilleurs jeunes escrimeurs du Québec.

La soirée a été couronnée et rehaussée par la projection d’une vidéo sur les murs de l’immeuble du COC commémorant les champions olympiques et les trois Jeux olympiques organisés au Canada. La projection a été suivie par l’allumage des anneaux olympiques au sommet de l’immeuble, qui a été accompagné de feux d’artifice.

Les anneaux olympiques resteront afin de rappeler la place de Montréal dans l’histoire olympique canadienne, tout en servant de source de motivation pour les olympiens canadiens du passé, du présent et de l’avenir.

Escrime - Grand Prix de Moscou (sabre)

Montréal, 30 mai 2015 (Sportcom) – Rien ne laissait croire que Joseph Polossifakis décrocherait une superbe huitième place au Grand Prix de sabre de Moscou, samedi. Sévèrement blessé à une cheville la veille dans le tableau des 128, le Montréalais a tout de même décidé de retourner sur la piste samedi, décrochant du même coup son meilleur résultat depuis des lunes.

« Je suis tellement heureux! Après l’année difficile que j’ai eue, c’est incroyable d’avoir réussi un tel exploit. J’ai une immense entorse et c’était complètement bleu partout. Je ne m’attendais pas à ça du tout! », a soutenu l’auteur d’une fiche de 5-1 en poules.

« (Vendredi) je n’étais plus capable de mettre du poids sur ma cheville et c’était l’enfer. Les médecins sont venus, ils ont mis de la glace et m’ont fait un taping. J’ai finalement continué le match très péniblement et j’ai réussi à m’en sortir 15-14 pour atteindre la deuxième journée. »

Samedi, Plossifakis a signé des victoires contre l’Espagnol Guillermo Mancheno (15-5), le Français Nicolas Rousset (15-14), le Roumain Alin Badea (15-11) pour ensuite terminer la journée avec une défaite de 15-11 face au Roumain Tiberiu Dolniceanu, éventuel médaillé d’or contre l’Allemand Matyas Szabo.

Ce résultat ne pouvait tomber à un meilleur moment pour le sabreur de 24 ans.

« Chaque point pour les qualifications olympiques est important et je ne voulais pas juste abandonner sans essayer. Hier soir (vendredi), je ne savais pas si je serais en action samedi. Finalement, j’ai décidé de faire le premier match. Ça s’est très bien passé. Mon mouvement était limité, mais je me concentrais à faire des actions efficaces et contrôlées. Match après match, ça marchait très, très bien. »

L’escrimeur devra faire l’impasse sur un stage d’entraînement prévu en Allemagne afin de revenir au Québec dans le but de passer des tests médicaux.

« J’espère me remettre rapidement pour être prêt pour les Championnats du monde en juillet. »

mercredi, 08 avril 2015 22:13

Remise de bourses Cogeco Diffusion

Écrit par

Cogeco Diffusion a renouvelé son partenariat avec la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec à titre de partenaire de prestige en communication et de commanditaire, et ce, jusqu’en 2020. L’entente, d’une durée de cinq ans, comprend un investissement d’une valeur en temps d’antenne estimée à 460 000 $ annuellement en plus d’un montant en argent de 100 000 $ à raison de 20 000 $ en bourses par année, dans le cadre du programme de parrainage de la FAEQ. Cinq étudiants-athlètes se sont partagé 20 000 $ en bourses individuelles de 4 000 $, de type Excellence académique, Soutien à la réussite académique et sportive ou Persévérance Pat Burns.

Un des boursiers relève de notre fédération, voici son profil :

Maximilien Van Haaster / Escrime (fleuret)
19 juin 1992 - Montréal
Excellence académique 4000 $

  • Médaillé d’argent au Championnat panaméricain senior 2014 au Costa Rica
  • Médaillé de bronze au Championnat canadien senior 2014
  • 8e à la Coupe du monde senior par équipe 2014 à Lowe Von Bonn en Allemagne
  • Étudie en kinésiologie à l’Université McGill et maintient une moyenne académique de 3.5 sur 4.0

Maximilien est un fleurettiste avec des jambes très fortes qui approche chaque entraînement et compétition avec beaucoup d’intensité. Il a récemment commencé à travailler avec un psychologue sportif pour améliorer sa préparation mentale lors de compétition ainsi que son timing et sa distance. Il souhaite finir sur le podium aux prochains Jeux panaméricains puis se classer dans le Top-8 aux Championnats du monde. Lorsque son baccalauréat en kinésiologie sera complété, Maximilien voudrait poursuivre une maîtrise en physiologie de l’exercice.

 

Les Championnats du monde cadets et juniors d’escrime 2015, qui se déroulent à Tachkent, en Ouzbékistan ont commencé de belle façon pour le Canada. En effet, Loïc Beaulieu (Sherbrooke, QC) est monté sur le podium chez les cadets à l’épreuve d’épée masculine.

Beaulieu a gagné le bronze à une épreuve qui a vu la participation de 110 compétiteurs du monde entier. Classé 30e après les matchs de poule avec quatre victoires en six matchs, Beaulieu a affronté Shiu Chong Law de Hong Kong dans la ronde des 64 et a remporté la victoire par 15-9. Dans la ronde des 32, Beaulieu s’est mesuré à Linus Islas Flygare de la Suède, qui était classé troisième, et s’est imposé devant lui par 15-13. Son match de la ronde des 16 était très difficile, mais il a de nouveau remporté la victoire par 15-13, cette fois-ci contre Ivan Limarev de la Russie. Il a rencontré ensuite le représentant de l’Italie, Valerio Cuomo, devant lequel il s’est également imposé par 15-13.

La séquence victorieuse de Beaulieu a pris fin en demi-finale avec une défaite crève-cœur par le score de 15-14 devant Jakob Jurka de la République tchèque, ce qui lui a valu la médaille de bronze. C’est la deuxième médaille remportée par le Canada aux Championnats du monde à l’épée masculine, dans la catégorie cadets. Dylan French (Richmond, C.-B.) avait lui aussi gagné le bronze à cette épreuve en 2014.

Pour des résultats complets, visitez le : http://www.fencingworldwide.com/en/competition/4473-14/global/

An English version follows
 
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
 
Pour diffusion immédiate
 
La Fondation Georges St-Pierre remet des bourses au sein de la Fondation de l’athlète d’excellence
 
Montréal, 2 décembre 2014 — La Fondation Georges St-Pierre a remis, pour la 2e édition de son programme de parrainage, 14 000 $ en bourses à 7 jeunes étudiants-athlètes de la relève qui pratiquent un sport dont Georges St-Pierre s’inspire directement dans ses combats soit la boxe, l’escrime, le judo, le karaté, la lutte olympique, le taekwondo et la gymnastique artistique.
 
Cette année, quatre des sept récipiendaires ont reçu une bourse d’Excellence académique afin de souligner leurs très bonnes notes scolaires et trois autres ont mérité la bourse de Soutien à la réussite académique et sportive, afin de les encourager à persévérer dans la conciliation de leur sport et leurs études, un défi très important chez nos athlètes de pointe.
 
Pour voir les images de l’événement du 21 novembre dernier, cliquer ici.
 
« Exceller dans un sport de haut niveau tout en poursuivant ses études est un défi de tous les jours auquel j’ai moi-même fait face quand j’étais jeune. Je suis extrêmement fier des jeunes étudiants-athlètes que nous supportons cette année avec la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec. Leur réussite au niveau sportif et académique est le fruit d’efforts immenses et ils sont déjà des modèles à suivre pour la jeunesse. » a déclaré M. Georges St-Pierre.
 
Le président de la Fondation, M. Claude Chagnon, a déclaré : « Si nous nous fions à la première année du programme, les jeunes étudiants-athlètes parrainés par la Fondation GSP ont été très fébriles et vraiment impressionnés de recevoir une bourse en mains propres de M. Georges St-Pierre lui-même. Cet événement a eu un véritable effet de tremplin et de motivation supplémentaire pour eux.  M. St-Pierre, grâce à son éthique de travail, ses victoires, son attitude face à l’adversité, sa simplicité et sa notoriété mondiale, est devenu un acteur et un modèle très important du sport de haut niveau au Québec. Il est une grande source d’inspiration pour plusieurs dont ses propres boursiers. »
 
Profils des 7 récipiendaires
 
Yumi Amal Bellali / Judo -52 kg                                        2 000 $
Pointe-Claire – 2 octobre 1999                                          Excellence académique
Ø  Médaillée d’or au Championnat canadien U-16 et U-18 en 2014
Ø  Étudie en 3e secondaire à l’École secondaire Dorval-Jean-XXIII et a maintenu une moyenne académique de 90 % l’an dernier
Ø  Yumi est une judoka très forte mentalement, qui réagit très bien à la pression. Elle travaille à améliorer sa technique contre des adversaires de plus grande taille. À court terme, elle souhaite performer aux Jeux du Canada en 2015 et également réussir sur le plan académique. Plus tard, elle souhaite poursuivre sa passion pour le judo en devenant entraîneure ou même physiothérapeute.
 
Félix Dolci / Gymnastique artistique                                 2 000 $
Laval – 5 mai 2002                                                              Excellence académique
Ø  Médaillé d’or au Championnat québécois junior et au Championnat de l’est du Canada en 2014
Ø  Étudie en 1re secondaire à l’École Antoine-de-St-Exupéry et a maintenu une moyenne académique de 83% l’an dernier à l’École Wilfred-Bastien
Ø  Félix est un gymnaste exceptionnel qui possède un bon sens de l’orientation spatiale et qui est très motivé à réussir. Il travaille surtout sur sa concentration lors des compétitions et sur la maîtrise de ses mouvements pour qu’ils soient parfaits. À court terme, il souhaite bien performer aux Jeux du Canada en 2015 et à plus long terme, il vise les Jeux olympiques. Malgré son très jeune âge et son focus sur le rêve olympique, il souhaite un jour travailler en communications, peut-être comme comédien à la télévision.
 
Naomi Moindrot-Zilliox / Escrime (fleuret)                      2 000 $
Saint-Lambert - 20 juin 1998                                             Excellence académique
Ø  Classée 2e au Canada au fleuret féminin cadet chez les moins 17 ans pour l’année 2013-2014
Ø  Étudie en 5e secondaire au Collège Durocher et a maintenu une moyenne de 92 % l’an dernier
Ø  Naomi est une fleurettiste explosive, qui ne se décourage jamais avant la fin d’un combat. Elle travaille à aller au bout de chacune de ses attaques et sur ses changements de direction. Elle vise une qualification sur l’Équipe canadienne junior qui participera aux Jeux panaméricains et au Championnat du monde cadet. Une fois sa carrière sportive terminée, elle souhaite poursuivre ses études collégiales en sciences de la santé.
 
Alexandre Benjamin Rivest / Karaté +76 kg                    2 000 $
Gatineau – 22 mars 1998                                                    Excellence académique
Ø  1er au classement québécois et canadien U-15 et U-17 en 2014
Ø  Étudie en 5e secondaire à l’École secondaire Nicolas-Gatineau et a maintenu une moyenne académique de 84% l’an dernier
Ø  Alexandre est un karatéka rapide et explosif malgré son grand gabarit, qui excelle en corps à corps et qui possède un bon coup de pied. Il travaille sur son cardio pour être plus intense pendant tous ses combats et sur l’amélioration de sa garde. À court terme, il vise une première place à la Coupe nord-américaine et un podium au Championnat panaméricain. Plus tard, Alexandre souhaite poursuivre ses études en sciences et un jour travailler dans le domaine de la santé.
 
Aly Barghout / Lutte olympique 115 kg                             2 000 $
Longueuil – 3 mars 1998                                                    Soutien à la réussite académique et sportive
Ø  Médaillé d’or au Championnat québécois cadet et juvénile et au Championnat canadien cadet 115 kg,  2014
Ø  Étudie en 5e secondaire au Collège Charles-Lemoyne
Ø  Aly est un lutteur de grande taille qui réussit à battre ses adversaires avec sa grande force et son étonnante vitesse. Il travaille sa technique au sol ainsi que l’amélioration de ses capacités cardiovasculaires. À court terme, il souhaite bien performer au Championnat canadien en 2015 dans l’espoir de se qualifier pour les Championnats du monde. Doué pour les sciences et les mathématiques, Aly souhaite un jour devenir ingénieur.
 
Dave Bouffard / Taekwondo 58 kg                                   2 000 $
Saint-Flavien – 25 août 1997                                             Soutien à la réussite académique et sportive
Ø  Médaillé d’or au Championnat canadien junior 2014 et top 16 au Championnat du monde junior à Taïwan en 2014
Ø  Étudie en 5e secondaire à l’École Le Boisé à Victoriaville
Ø  Dave est un taekwondoïste très analytique qui bat ses adversaires en variant constamment ses stratégies et ses techniques. Il travaille sur ses enchaînements qu’il exécute lors des combats ainsi que sur le renforcement de ses jambes. Pour la prochaine saison, il souhaite s’inspirer de ses succès du passé et bien performer dans les omniums et le Championnat canadien. Plus tard, Dave souhaite poursuivre sa passion pour le taekwondo en devenant entraîneur et en ouvrant son propre centre d’entrainement. 
 
Thomas Chabot / Boxe – 50 kg                                         2 000 $
Thetford Mines – 8 novembre 1999                                  Soutien à la réussite académique et sportive
Ø  Médaillé d’or au Championnat canadien dans la catégorie 50 kg, U-16 2014 et champion de la Coupe Adidas dans la catégorie 53 kg en 2014
Ø  Étudie en 4e secondaire à la Polyvalente de Thetford Mines
Ø  Thomas est un boxeur rapide et agressif qui fait absolument tout pour gagner. Il travaille actuellement sur la maîtrise de ses mouvements en restant concentré sur son développement à long terme comme athlète. À court terme, il souhaite défendre son titre de Champion canadien en 2015 et plus tard, il rêve d’être médaillé aux Jeux olympiques. Pour se changer les idées et se reposer un peu, il est membre d’une équipe de paintball. Thomas souhaite poursuivre sa carrière sportive le plus longtemps possible pour un jour franchir les rangs professionnels.
 
 
À propos de la Fondation Georges St-Pierre
La Fondation est supportée financièrement par M. Georges St-Pierre ainsi que ses nombreux commanditaires et sponsors. Tous les fonds recueillis par la Fondation sont redistribués aux meilleurs organismes et programmes dédiés à la prévention de l’intimidation ainsi qu'à la promotion du sport et la poursuite des études chez les jeunes.
 
À propos de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec
La mission de la Fondation est de soutenir financièrement les étudiants-athlètes et de les appuyer dans leur poursuite de l’excellence académique et sportive. De plus, son rôle est de contribuer à la promotion de modèles dans la société québécoise. La Fondation a distribué plus de 4,6 millions de dollars en bourses aux étudiants-athlètes au cours des 5 dernières années et a octroyé 1,1 million de dollars en bourses à plus de 400 étudiants-athlètes de partout au Québec en 2014. Visitez le site web de la Fondation à faeq.com et cliquez J’aime sur sa page Facebook : FAEQ – Fondation de l’athlète d’excellence du Québec.
 
– 30 –
 
Sources :
 
Philippe Lepage
Associé
LB3i Sports
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directrice des communications
Fondation de l'athlète d'excellence du Québec
4545 avenue Pierre-De Coubertin
Montréal (Québec), H1V 0B2
514-252-3171 poste 3538
514-254-3292 (télécopieur)
www.faeq.com
 
 
PRESS RELEASE
 
For Immediate Release
 
The Georges St-Pierre Foundation is Proud to Award Bursaries in Conjunction with the Quebec Foundation for Athletic Excellence
 
Montreal, December 2nd 2014 — The Georges St-Pierre Foundation has donated $14,000 in bursaries for the second year of this sponsorship program, acknowledging seven young and promising student-athletes competing in sports that helped Georges St-Pierre hone his own skills – namely boxing, fencing, judo, karate, Olympic wrestling, taekwondo, and artistic gymnastics.
 
This year, four of the seven recipients received an Academic Excellence Bursary, highlighting their outstanding grades in school, and three others received an Academic and Athletic Support Bursary, encouraging them to continue positive measures taken to balance school and sport – a common challenge faced by young high-performance athletes. 
 
To see pictures of the November 21st event, click here.
 
“Excelling in a high-performance sport while continuing to study in school is a challenge I myself faced when I was young, and I am incredibly proud of these young student-athletes who we are supporting this year with the Quebec Foundation for Athletic Excellence. Their genuine success both in sport and academically is the fruit of their immense effort, and they are already role models for other young people,” expressed a proud Mr. Georges St-Pierre.
 
Mr. Claude Chagnon, President of the Quebec Foundation for Athletic Excellence, himself stated that, “If we look back at the first year of the Bursary program, student-athletes sponsored by the GSP Foundation were really quite impressed and thrilled to receive a bursary from Mr. Georges St-Pierre himself, in person! The event was a great success and further, a springboard to further successes and motivation for them. Mr. St-Pierre has become an important figure and role model for high-level sport in Quebec – and this, thanks to his demonstrated work ethic, gracious victories, positive attitude when faced with adversity, his straightforwardness, and global notoriety. Clearly, he is a huge source of inspiration to many, including the student-athletes he supports.”
 
Profiles of the 7 Recipients
 
Yumi Amal Bellali / Judo - 52 kg                                              $2,000
Pointe-Claire – October 2, 1999                                               Academic Excellence
Ø  Gold Medallist at the U-16 and U-18 Canadian Championships in 2014
Ø  Studying in Secondary III at the École secondaire Dorval-Jean-XXIII, she maintained an academic average of 90% last year  
Ø  Yumi is a judoka with excellent mental strength, and who masters pressure-filled situations. She is presently working to improve techniques used when facing physically imposing adversaries. In the short-term, she is focused on performing well at the 2015 Canada Games in addition to maintaining her high academic standards. Later on in life, she hopes to pursue her passion for judo by becoming a coach or physiotherapist.
 
Félix Dolci / Artistic Gymnastics                                             $2,000
Laval – May 5, 2002                                                                 Academic Excellence
Ø  Gold Medallist at the Quebec Junior Championships and the Eastern Canadian Championships in 2014
Ø  Studying in Secondary I at École Antoine-de-St-Exupéry, he maintained an academic average of 83% last year at École Wilfred-Bastien
Ø  Félix is an exceptional gymnast who has a great sense of spatial orientation and who is highly motivated to succeed. He is presently working to master his concentration during competitions, and on perfecting his movements. In the short-term, he would like to perform well at the 2015 Canada Games, and his long-term goals are reaching the Olympic Games. Once his competition days are over (and after he ages just a little bit!), Félix hopes to work in communications, perhaps as a television actor.
 
Naomi Moindrot-Zilliox / Fencing (Foil)                                 $2,000
Saint-Lambert – June 20, 1998                                                Academic Excellence
Ø  Ranked 2nd in Canada in Cadet Women’s Foil in the U-17 class in 2013-2014
Ø  Studying in Secondary V at Collège Durocher she maintained an academic average of 92 % last year
Ø  Naomi is an explosive foilist who never gives up before the match is over. She is presently working on committing to her attack, and her lateral changes in direction. She is focusing on qualifying for the Junior Pan-American Games, and the Cadet World Championships. Once her athletic career has come to a close, she intends to pursue her studies in health sciences.
 
Alexandre Benjamin Rivest / Karate + 76 kg                        $2,000
Gatineau – March 22, 1998                                                      Academic Excellence
Ø  Ranked 1st  in the Quebec and Canadian U-15 and U-17 class in 2014
Ø  Studying in Secondary V at École secondaire Nicolas-Gatineau he maintained an academic average of 84% last year
Ø  Alexandre is a fast, explosive karateka despite his large build, who excels in body-to-body maneuvers and has a solid foot strike. He is working on developing his cardio in order to raise his intensity levels during bouts, and on improving his defense. In the short-term, Alexandre is focusing on earning a first-place finish in the North American Cup, and a podium finish at the Pan-American Games. Later, he intends to pursue studies in the sciences and work in the field of health.
 
Aly Barghout / Olympic Wrestling 115 kg                               $2,000
Longueuil – March 3, 1998                                                       Academic and Athletic Support Bursary
Ø  Gold Medallist in the Quebec Cadet and Junior Championships, and at the Canadian Cadet Championships in the 115kg class in 2014
Ø  Studying in Secondary V at the Collège Charles-Lemoyne
Ø  Aly is a tall wrestler who defeats competitors with his impressive strength and astonishing speed. He is presently working on his ground technique as well as improving his cardiovascular capacity. In the short-term, he hopes to perform well at the 2015 Canadian Championships in order to qualify himself for the World Championships. Aly is also gifted with talents in science and math, and intends to become an engineer.
 
Dave Bouffard / Taekwondo 58 kg                                         $2,000
Saint-Flavien – August 25, 1997                                              Academic and Athletic Support Bursary
Ø  Gold Medallist at the Canadian Junior Championships in 2014, and ranked in the top-16 at the Junior World Championships held in Taiwan in 2014
Ø  Studying in Secondary V at École Le Boisé in Victoriaville
Ø  Dave is an analytical taekwondo competitor who defeats his adversaries by constantly changing his strategies and techniques. He is presently working on combat sequences, as well as strengthening his legs. He hopes to build on last season’s successes by performing well at the Open Championships and the Canadian Championships. Later in life, Dave intends to pursue his passion for taekwondo by becoming a coach and operating his own training centre for the sport.
 
Thomas Chabot / Boxing - 50 kg                                            $2,000
Thetford Mines – November 8, 1999                                       Academic and Athletic Support Bursary
Ø  Gold Medallist at the Canadian Championships in the 50 kg, U-16 class in 2014, as well as Adidas Cup Champion in the 53 kg class in 2014
Ø  Studying in Secondary II at the Polyvalente de Thetford Mines
Ø  Thomas is a fast, aggressive boxer who strives to win. At present, he is mastering movements while remaining focused on his long-term athlete development. In the short-term, he wants to defend his Canadian Championship title in 2015, after which he dreams of medaling at the Olympic Games. To bring some fun and balance to his life, Thomas is a member of a paintball team, and intends to pursue an athletic career as long as possible, hopefully becoming a professional boxer.
 
 
About the Fondation Georges St-Pierre
The Fondation is financially supported by Mr. Georges St-Pierre, as well as his numerous sponsors and partners. All funds collected by the Fondation are redistributed to carefully researched, qualified organizations and programs dedicated to the prevention of bullying, and the promotion of sport and education in young people.
 
About the Quebec Foundation for Athletic Excellence
The Foundation’s mission is to financially support and encourage student-athletes in their pursuit of academic and athletic excellence and to promote them as role models in Quebec society. Over the past five years, the Foundation has awarded student-athletes with more than $4.6 million in bursaries, and distributed $1.1 million in bursaries in 2014 to over 400 student-athletes across Quebec. Visit the Foundation’s website at faeq.com and “Like” us on Facebook: FAEQ – Fondation de l’athlète d’excellence du Québec.
 
– 30 –
 
Source:
 
Philippe Lepage
Associate
LB3i Sports
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Communications Director
Quebec Foundation for Athletic Excellence
4545 avenue Pierre-De Coubertin
Montréal (Québec), H1V 0B2

514-252-3171 extension 3538
514-254-3292 (fax)
www.faeq.com

Le plus imposant contingent d’escrimeurs canadiens vétérans a effectué le voyage jusqu’à Largs, en Écosse, en vue de prendre part aux Championnats du monde vétérans du Commonwealth 2014, qui se sont déroulés du 16 au 19 novembre 2014.

Les Canadiens ont signé de bonnes performances et sont revenus au pays avec neuf médailles et de nombreux classements au top 16.

Les trois québécoises qui participaient ont rapporté une médaille d’argent: Danielle Lefèvre, Josée Bergeron et Geneviève Rosseel.

Voici leurs résultats:

Équipe féminine d’épée : (Josée Bergeron, Danielle Lefèvre, Geneviève Rosseel, Tanya Tygesen) – médaille d’argent

Fleuret féminin : Danielle Lefèvre – 15e

Sabre féminin : Josée Bergeron – 15e

Épée féminine : Geneviève Rosseel – 9e Danielle Lefèvre – 21e Josée Bergeron – 26e

 

Pour des résultats complets, veuillez visiter le : http://www.cvfc2014.co.uk/

 

Geneviève

 

Les escrimeurs québécois ont participé à la Coupe nord-américaine (dans les catégories junior, cadette, Y14) du 7 au 10 novembre à Louisville, Kentucky et y ont inscrit quelques résultats exceptionnels. Soulignons la médaille d’or remportée par le natif de Montréal, Marc-Antoine Blais-Bélanger du club d'escrime les Dynamiques de Brébeuf à l’épreuve d’épée masculine junior. Blais-Belanger, qui fréquente l’Université Ohio State, est monté sur la plus haute marche du podium à l’issue d’une épreuve à laquelle avaient pris part 250 escrimeurs.

« Aujourd’hui, c’était une très bonne journée et je suis vraiment content de ma performance », a commenté Blais-Bélanger. « J’étais en pleine forme et toutes mes actions se sont bien déroulées. Je suis tombé dans un groupe difficile, mais j’ai pu progresser, même si j’ai remporté trois de mes matchs par une avance de seulement un point. »